Comment prendre la tension sans appareil ?

Cultureua.com » Santé » Comment prendre la tension sans appareil ?

La tension artérielle est dit-on « une faucheuse silencieuse ». Un grand nombre de personnes souffrent de nos jours d’hypertension ou d’hypotension artérielles. Suivre sa tension est très important pour prévenir les risques de complication qu’entraîne cette dernière. Le moyen unique pour suivre sa tension artérielle est de la prendre de façon régulière. Les tensiomètres ont pour rôle de mesurer la tension artérielle. Mais il existe également d’autres moyens de prendre sa tension sans avoir besoin d’appareil de mesure. Découvrez-les !

Tension artérielle et mesure

La tension artérielle est la pression exercée par le sang sur la paroi des artères. Cette pression garantit la bonne circulation du sang à travers le corps humain. La tension artérielle est le résultat de deux pressions : la pression systolique et la pression diastolique.

  • La pression systolique : c’est la pression maximum exercée par le sang sur les artères. Au moment de la propulsion du sang par la contraction du cœur (systole), les artères se dilatent pour laisser passage le sang.
  • La pression diastolique : c’est la pression minimum exercée sur les artères lors du relâchement du cœur. Elle est générée lorsque les artères, après avoir été dilatées par la pression systolique, reviennent à leur position en se contractant et en propulsant à nouveau le sang dans le corps.

Il est à noter que la tension artérielle peut varier à divers moments de la journée. La plupart du temps, elle monte lorsque nous exerçons diverses activités (physiques surtouts). Par contre, elle baisse lorsque nous dormons ou que nous reposons.

Comment se mesure la tension artérielle alors ?

Le tensiomètre est un appareil dédié spécialement à la prise de tension. Il est utilisé par les médecins et les infirmiers pour déterminer avec précision la pression systolique et diastolique. En plus il existe de nos jours des tensiomètres électroniques qui permettent de mesurer rapidement soi-même sa tension artérielle. Mais il est également possible de prendre votre tension sans appareil. Voyons comment cela se fait.

Prendre sa tension artérielle sans appareil

Il est possible de prendre sa tension artérielle sans avoir d’appareil de mesure de tension. Mais gardez à l’esprit que ces autres méthodes de mesure de tension ne sont pas assez fiables. Les résultats obtenus ne peuvent pas être fiables à 100 %.

  • Mesurer avec une application pour smartphone

Ces genres d’applications sont disponibles sur les magasins d’applications pour smartphone. Elles ne sont pas considérées comme des dispositifs médicaux légitimes. Pour prendre votre tension, l’application vous demande de poser le smartphone sur une zone spécifique de votre poignet ou alors vous devez placer votre index sur l’appareil photo arrière. Elle affiche ensuite la tension artérielle en se fondant sur le battement de votre pouls, votre fréquence cardiaque et d’autres informations sur votre santé. Comme signalé plus haut, le résultat obtenu n’est guère fiable.

  • Mesurer avec un brassard ou une montre connectée

Vous devez en ce moment acquérir un brassard connecté qui sera relié à votre téléphone. Le brassard se charge de capter toutes les informations ou données possibles de votre corps et les transmet à une application dédiée. Cette méthode est assimilable à celle de la pompe et du stéthoscope du médecin. Les données sont dans ce cas plus fiables, d’autant plus que les montres connectées sont de plus en plus à la pointe de la technologie.

  • Prendre la tension manuellement

Vous pouvez prendre la tension en sentant votre pouls. Vous pouvez trouver votre pouls en mettant votre index et votre majeur sur la veine de votre poignet (n’utilisez surtout pas votre pouls). Ensuite, vous devez compter les pulsations sur 15 secondes et multiplier par 4. Il est préférable dans ce cas de le faire par une autre personne. Notez toutefois que le résultat obtenu n’est qu’une estimation de votre tension. Vous ne saurez pas du tout quand votre tension artérielle est élevée.

Gardez à l’esprit que le but de l’obtention de la tension artérielle est de connaître son état de santé. La tension artérielle normale est de 120/80 ou moins chez la plupart des gens. Un résultat supérieur à cette valeur indique un début d’hypertension ou plus grave, une hypertension. Une valeur inférieure à la normale indique une hypotension. Vous devriez alors penser à changer votre mode de vie pour le rendre plus favorable à une baisse de tension ou consulter rapidement un médecin.

Comment fonctionnent les applications pour prendre la tension avec son smartphone ?

Les smartphones sont capables aujourd’hui de nous rendre une multitude de services et sont capables de remplacer de plus en plus de choses. Ils proposent même de remplacer le bon vieux tensiomètre, qu’on a toutes et tous déjà eu l’occasion de connaitre lorsqu’on rend visite à son médecin traitant. Avant de voir le fonctionnement sur le téléphone, je pense qu’il est important de bien comprendre comment fonctionne cet appareil. Il a été inventé à la fin du 19ᵉ siècle et peut théoriquement être utilisé au niveau du poignet ou du bras. Il s’agissait à l’époque d’un appareil gonflable. C’est d’ailleurs toujours le cas la plupart du temps. Heureusement, cet appareil a continué à évoluer et depuis la fin des années 80, le particulier est capable de prendre et de contrôler soi-même sa tension. Il y a maintenant presque 10 ans qu’on trouve des tensiomètres connectés qui permettent de stocker et de lire sa tension directement sur son smartphone. Mais quoi qu’il arrive, il vous fallait un accessoire supplémentaire pour prendre cette mesure. Toutefois comme je vous le disais, depuis quelque temps des applications se vantent de pouvoir le faire uniquement par le biais de votre smartphone. Alors comment ça marche ? Bien entendu les créateurs de ce type d’application ne sont jamais très bavards sur le mode de fonctionnement. C’est surement par peur que l’idée soit honteusement copiée par les autres. La plupart du temps, il faut simplement poser son doigt sur le flash de votre smartphone. La lumière ainsi envoyée va mesurer vos pulsations cardiaques, comme le fait le capteur optique de votre montre connectée. Elle va en même temps déterminer via un algorithme votre pression artérielle. Maintenant qu’on sait ça, peut-on vraiment faire confiance à ce type d’application ? Alors soyons clair, si vous cherchez à mesurer rapidement votre tension, elle sera largement à la hauteur. Si par contre vous en avez besoin pour un vrai suivi médical, il va vous falloir rester vers un brassard plus classique. En effet, les données pour obtenir vos pulsations cardiaques via cette méthode ne sont pas fiables à 100 % car en fonction de la position de votre doigt et de la lumière ambiante, les données peuvent être légèrement faussées. Bref, c’est loin d’être satisfaisant. Donc si l’application est gratuite pourquoi ne pas l’utiliser si vous avez un besoin maladif de connaitre votre tension. Si c’est pour un suivi médical, il vous faudra passer votre chemin car il n’y a et n’aura aucune donnée tangible qui permettra une validation et un calibration de ce type d’application. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que seuls les appareils disposant d’une norme CE peuvent être vendus dans les rayons des pharmacies ou sur internet.

Quels sont les tensiomètre électriques fiables disponibles ?

Comme dans beaucoup de secteurs, il y existe une multitude d’offres et d’appareils disponibles, mais ils ne sont pas tous égaux. Je vais donc essayer de vous lister les principaux modèles disponibles et aussi et surtout, les avantages de chacun d’entre eux. Je vous parlerais des inconvénients s’ils en ont.

  1. Le tensiomètre BPM Core de Withing : cet appareil n’est pas un simple tensiomètre. Il va également vous servir d’électrocardiogramme et de stéthoscope électronique. Voyons dans un premier temps ce qui nous intéresse le plus aujourd’hui : le tensiomètre. Il se positionne de façon très facilement autour du bras de manière on ne peut plus classique. Il suffira ensuite d’appuyer sur le bouton positionné sur le dessus du gros « tube ». L’appareil va alors prendre votre tension en moins de 90 secondes. L’appareil va alors transmettre les informations ainsi récoltées via le wifi. Un point positif de l’appareil : si vous avez oublié de prendre votre téléphone, il va vous permettre de stocker les mesures le temps de pouvoir synchroniser le tout avec votre smartphone. Une fois la mesure terminée, il vous suffit de faire pivoter la partie grise pour desserrer le brassard. Un autre point positif de cet appareil, c’est que chaque mesure est accompagnée d’un code couleur pour vous permettre, sans aucune connaissance médicale, de comprendre les informations ainsi récoltées. Vous aurez enfin la possibilité, si vous le souhaitez ou si vous avez un doute, de partager vos résultats avec votre médecin ou votre cardiologue. Je vous l’ai dit le tensiomètre de Withing propose en plus un électrocardiogramme. Pour avoir une donnée la plus fiable possible, la marque a choisi de travailler non pas avec 1 seule électrode, mais 3. Deux se trouvent dans le brassard la dernière se trouve dans ce gros tube métallique. Le résultat s’affichera directement sur le tube et sera également envoyé sur l’application. Enfin et surtout vous recevrez une notification si l’appareil détecte une fibrillation auriculaire. Pour rappel, la fibrillation auriculaire est la forme la plus courante d’arythmie cardiaque. Elle est souvent responsable d’insuffisance cardiaque. Cette mesure peut être très utile pour les personnes qui ont déjà fait un AVC. Enfin l’appareil possède un stéthoscope électronique qui va vous permettre d’écouter grâce à son micro. Il va alors vous permettre d’analyser vos battements cardiaques et ainsi détecter les premiers signes de valvulopathie, via un algorithme développé avec des cardiologues. Vous le voyez cet appareil est vraiment complet pour surveiller le muscle cardiaque. Le seul inconvénient majeur de cet appareil est son prix car à 250 euros, il n’est clairement pas à la portée de toutes les bourses.
  2. Omron EVOLV. On est ici sur uniquement sur un tensiomètre de bras. Soyons clair, il est beaucoup plus simple mais aussi beaucoup moins cher puisque son prix conseillé est de 169 euros. Il va lui aussi pouvoir envoyer les mesures sur votre smartphone, via la technologie Bluetooth cette fois. Il pourra être utilisé sur Android et sur IOS. D’ailleurs sur ce dernier point, l’application est compatible même avec des iPhones d’ancienne génération (iPhone 5). Mais vous pourrez également lire le résultat de votre systole et diastole directement sur votre appareil. Si vous avez des problème de vue, une autre bonne nouvelle c’est que l’appareil est compatible avec Alexa. Elle pourra donc vous lire pour vous les mesures prises par votre tensiomètre. Un avantage par rapport à l’appareil Withing,n c’est que Evolv va vous indiquer s’il est bien positionné. Il va également vous indiquer si le brassard est trop serré ou trop lâche. L’appareil est garanti 3 ans. Le seul inconvénient de l’appareil vient de son application. Il semblerait qu’il soit impossible de supprimer une mauvaise mesure. Un autre problème, c’est que l’appareil n’est utilisable que pour une seule personne. Dommage de faire des économies sur une puce Bluetooth car c’est elle qui est responsable de cette incompatibilité.
  3. Le tensiomètre Silvercrest : Vous vous dites surement que vous avez déjà entendu parler de cette marque, mais jamais dans les produits médicaux et pour cause. Silvercrest est la marque du distributeur Lidl. On connaît toutes et tous le créneau de la marque discount : le prix. C’est le cas puisque le tensiomètre est vendu au prix planché de 25 euros. Il est cette fois accessible à tous. Il vous offre en plus deux options. Vous pouvez voir directement votre diastole et votre systole sur l’écran déporté, mais également envoyer votre mesure sur votre smartphone en Bluetooth. L’appareil va en plus vous indiquer via un code couleur si votre tension est bonne, trop basse ou trop élevée. Attention ce code couleur n’est pas basé sur votre propre tension, mais par rapport à la norme. Il va par contre vous alerter en cas d’arythmie cardiaque. Un autre point intéressant, c’est qu’il va vous donner une moyenne sur la pression artérielle mesurée durant les 7 dernier jours. La seule chose qu’on pourrait lui reprocher, c’est qu’il fonctionne avec des piles et qu’il est limité au niveau du diamètre de votre bras (entre 22 et 42 cm). Attention je parle ici du modèle SBM 69. Il existe également le SBM 47 au même prix, mais qui ne possède pas de connexions avec votre smartphone. Il serait dommage de s’en priver surtout lorsqu’on connaît la très faible consommation énergétique du Bluetooth.

J’ai essayé de vous présenter ici 3 produits à 3 niveaux de prix différents. Il existe encore une multitude de marques et de produits qui vont vous permettre de prendre de façon fiable votre tension, mais pour les autres modèles je vous laisse regarder les comparatifs présents en nombre sur internet.

Comment prendre correctement sa tension ?

On demande parfois à certaines personnes de prendre leur tension artérielle seul et depuis leur domicile. Il y a alors deux possibilités pour effectuer ce geste médical : le tensiomètre classique comme ceux que je viens de vous présenter dans le paragraphe précédent ou via un appareil de mesure ambulatoire de tension artérielle, appelé également (MAPA). Il va prendre alors automatiquement votre tension à intervalle régulier (en général toutes les 15 minutes). Ce type d’appareil va prendre votre tension même la nuit. Heureusement ce type de prescription est réservée aux patients à risque et peut uniquement être prescrit par un médecin.

Pour le tensiomètre de bras, c’est diffèrent. Il est important de mettre en place un protocole strict pour avoir une mesure la plus fiable possible. Il est préférable d’utiliser un brassard qu’un tensiomètre de poignet, le risque d’erreur étant beaucoup plus important sur ce dernier. Vous devez toujours mettre votre appareil sur le bras gauche. Vous devez être assis. Enfin la mesure doit être faite le matin avant la prise de vos médicaments ou de votre petit déjeuner, et le soir avant d’aller vous coucher. Si vous devez la prendre plus souvent, il est alors conseillé de ne pas consommer de la nicotine ou du café au moins une heure avant la mesure. Un autre conseil toujours avant la mesure, il est conseillé de rester assis au moins deux, voir trois minutes avant de prendre votre tension. Enfin même si les images publicitaires vous montrent le contraire, la prise doit toujours être faite sur une peau nue. Voilà pour les recommandations avant la mesure. Le brassard en lui-même ne doit être ni trop serré, ni trop lâche. Il doit tenir seul sur votre bras sans le comprimer.

Pour avoir des résultats les plus justes et les plus fiables, il faudra prendre votre tension au moins dans un premier temps, 3 fois le matin et 3 fois le soir pendant au moins 72 heures. Il est à noter d’ailleurs que certains appareils réalisent 3 prises de tension coup sur coup pour ensuite vous proposer la moyenne. En cas de mesure supérieure à 14/9 de façon répétée, il est préférable de le signaler à votre médecin traitant. Si la mesure est totalement incohérente, qu’elle soit trop haute ou trop basse, ignorez-la et patientez au moins 15 minutes avant de reprendre votre tension.

Il existe quelques contre indications sur ces appareils d’automesure.

  • Des patients qui ont une circonférence de bras supérieure à 33 cm
  • Les personnes qui souffrent de trouble cognitifs. Il faudra alors demander à vos proches de vous aider au moment de la prise de tension
  • Les personnes qui souffrent d’arythmie cardiaque
  • Les appareils d’automesure ne fonctionnent pas chez les enfants

Dans tous les cas énoncés au dessus vous pouvez par contre et sans aucun problème utiliser un appareil MAPA pour pouvoir surveiller et contrôler votre tension.

Comment faire baisser la tension ?

Savez-vous que l’hypertension (pour rappel c’est une tension qui se trouve régulièrement au dessus de 14/9) touche plus de 10 millions de personnes à travers le monde. Plus proche de nous, l’agence national de santé estime qu’environ ⅓ des Français ignorent qu’ils souffrent de cette pathologie. Je ne vais pas ici vous parler d’automédication ou de changer de molécule. Je vais plutôt vous donner quelques conseils pour faire baisser cette maudite tension, simplement en réalisant quelques ajustement sur votre mode de vie et également sur votre alimentation.

L’activité physique : je ne parle absolument pas ici d’objectif de performance. Je ne vais pas vous demander de courir un marathon ou bien de faire une étape du Tour de France à vélo. Le but est simplement de faire une activité physique pendant 30 minutes par jour. Je sais qu’on a toutes et tous des plannings chargés, mais il est bien plus efficace de faire 30 minutes tous les jours que 3 heures le dimanche. Cette activité va vous aider à entretenir votre muscle cardiaque, mais aussi à stabiliser votre taux de sucre et de cholestérol. L’activité ne doit vraiment pas faire monter de façon trop élevée votre fréquence cardiaque. Il est donc important de bien la choisir. Vous pouvez en parler avec votre médecin. En cas de besoin, vous pouvez même vous munir d’un montre avec cardio pour surveiller votre cœur.

Le changement d’alimentation : Je ne vais pas ici vous parler de régime ou de méthode miracle. Je laisse ça aux magazines féminins qui le font très bien à l’approche de l’été. Plus sérieusement, si vous avez envie de perdre du poids, je vous conseille de prendre rendez-vous avec un médecin nutritionniste ou un diététicien pour obtenir des résultats sérieux et durables. Le premier conseil est de réduire votre consommation d’aliments gras. Ne vous re-servez pas en fromage par exemple ou évitez de manger de la charcuterie à tous les repas. Une autre option est de réduire votre consommation d’alcool. Essayez de vous limiter au maximum à 2 verres par jour. Vous pouvez également réduire votre consommation de sel. Essayez par exemple de ne pas mettre du sel dans votre plat systématiquement et ce sans même l’avoir gouté. Si vous trouvez que les plats manquent de goût, vous pouvez jeter votre dévolu sur d’autres condiments (thym, ail, herbe de Provence). Certaines épices peuvent également vous venir en aide. Pour éliminer les aliments gras sans pour autant réduire vos portions alimentaires, vous pouvez essayer de remplacer une partie par des légumes, car effectivement passer d’une purée maison pleine de beurre et de fromage à une assiette de carottes cuites à l’eau n’est clairement pas la bonne solution. Laissez-vous tenter par une purée de carottes avec du lait. Il est reconnu que les ferments lactiques ont des propriétés anti hypertension. Enfin essayez de consommer des aliments riches en potassium. Je vous ai déjà parlé des carottes, mais vous pouvez aussi consommer de la courgette, de l’aubergine, des poivrons.

Si vous êtes fan de fromage, je vous l’ai dit tout à l’heure, essayez de ne pas vous resservir. Si vous ne pouvez vous en passer, jetez votre dévolu sur du fromage frais et laissez dans le rayon de votre supermarché les fromages à pâte cuite comme le comté ou ceux à pâte persillée (roquefort). Il est conseillé d’alterner avec d’autres produits laitiers comme les yaourts. Une petite astuce sur ce point, vous pouvez faire des mélanges entre des yaourts natures et des fruits frais comme des fraises ou des mûres. Les fruits rouges sont naturellement sucrés, vous devriez donc ne pas avoir besoin d’en rajouter.

Pourquoi la tension monte ou descend ?

Il faut savoir une chose : tout comme les pulsations cardiaques, la tension artérielle varie tout au long de la journée. On ne peut donc clairement pas tirer de conclusion avec une seule mesure. D’ailleurs même le chiffre qui vous fait basculer d’une tension dite normale à hypertension est discutable. En effet, dans les années 1980 on utilisait la formule 100 mmHG, à laquelle on ajoutait votre âge. On était donc hypertendu au dessus de 160 mmHG de tension. Aujourd’hui les médecins préfèrent être plus prudents en utilisant le chiffre de 140 mmHG. Pire encore, en novembre 2018 à l’occasion d’un congrès, des cardiologues préfèrent baisser la barre de l’hypertension à 13/8. Ce chiffre ferait alors passer la moitié de la population de plus de 50 ans dans le monde de hypertension. Pour compliquer le tout, certains spécialistes pensent que seul le premier chiffre à réellement de l’importance (celui de la systole). Pour en finir avec ce fameux seuil, sachez que la pression varie avec votre cycle circadien, mais aussi de votre humeur du jour ou de votre niveau d’anxiété. Certains parlent également de la peur de la blouse blanche. Votre tension systolique pourrait alors monter de 30 mmHG.

À l’inverse une étude israélienne montre qu’en seulement 8 semaines des personnes hypertendues, qui avaient tous une tension comprise en 14/9 et 16/10, ont réussi à faire baisser de façon durable ce chiffre, uniquement en pratiquant des méthodes de relaxation et de méditation.

Pour compliquer encore l’affaire, les problèmes de sommeil influencent votre tension. Le professeur Mourad a pu constater que les personnes qui dorment moins de 7 heures, qui ont des réveils fréquents ou qui ont du mal à s’endormir ont une réelle incidence sur l’hypertension. Si on ajoute à cela des problèmes de ronflements et l’apnée du sommeil, on aggrave encore ses problèmes hypertension.

Certaines maladies sont également connues pour favoriser l’hypertension. On pourrait par exemple citer le diabète ou l’insuffisance rénale. D’autres pathologies moins connues peuvent également avoir une influence néfaste sur votre tension. On pourrait citer hyperthyroïdie.

Bref, rien n’est simple dans ce domaine et de nombreux facteurs peuvent influer dans un sens ou dans l’autre votre tension artérielle. Il est donc plus qu’important de ne pas tirer une conclusion très hâtive si votre tension n’est pas bonne. Il est donc plus important de pondérer ce résultat sur plusieurs jours et a plusieurs moments de la journée. Si le résultat est totalement diffèrent des autres, peut-être avez-vous tout simplement mal positionné votre brassard. Inutile donc d’appeler votre médecin traitant en urgence. Si vous avez un doute sur un accident vasculaire cérébral, sachez qu’il y a d’autres signes qui vous permettront de le détecter. On pourrait citer : la confusion, la difficulté à s’exprimer ou à comprendre, une perte ou un trouble de la vision, une perte de l’équilibre, une paralysie d’une partie du corps. Si vous avez un ou plusieurs de ces symptômes, il vous faudra alors de toute urgence contacter le 15 pour que les secours puissent intervenir au plus vite. En attendant les secours, vous pouvez vous placer en PLS (position latérale de sécurité). Vous éviterez ainsi tout risque de sur-accident